Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
  This Site
The Encyclopedia    
When Coal Was King
Industry, People and Challenges
Heritage Community Foundation, Year of the Coalminer, Albertasource and Cultural Capital of Canada logos

Home     |      About     |      Contact Us     |      Sponsors     |      Sitemap     |      Search

spacer
spacer
Entrepreneurship
quicklinks
quicklinks

Page 1 | 2


[Click here for text in English]

De g à d: les galeries des mines nos. 1 et 2 en 1888. Ces galeries étaient les premiers à être ouverts par la North Western Coal & Navigation Company Ltée de Sir Alexander Tiloch Galt.L’initiative des capitalistes a été cruciale au développement de l’industrie. Les entrepreneurs de l’industrie de l’extraction du charbon ont beaucoup fait pour déterminer le calendrier et l’étendue de l’investissement, la technologie utilisée, l’émergence de villes minières, les relations ouvrières, et l’évolution du réseau de distribution et de commercialisation pour desservir l’industrie. Par contre, leur contrôle était aussi limité, premièrement par la répartition dispersée des propriétaires de l’extraction régionale du charbon, et deuxièmement par le fait que les propriétaires opéraient dans un environnement économique essentiellement contrôlé par des forces extérieures, surtout les chemins de fer et l’État.

Dès le début, les décisions des entrepreneurs sont prises en considération de certain nombre de facteurs essentiels à la réussite de l’industrie. L’établissement du charbonnage dépend de l’émergence d’un marché, dans ce cas découlant directement de l’arrivée du CPR sur les Prairies. Le rôle de l’État est central à la promotion de la construction des chemins de fer et, parfois, au choix préférentiel d’entrepreneurs particuliers. Les décisions de ces entrepreneurs individuels, par contre, sont critiques à la formation du développement de l’industrie. Durant les premières années, Alexander Galt devient le meneur dans le charbonnage régional par son influence politique pour attirer des investisseurs britanniques en très grand nombre. Un scénario semblable se récrée dans le pas du Nid-du-Corbeau où la Crow’s Nest Pass Coal Company a joué un rôle considérable, particulièrement à cause des grandes cessions de droits miniers données par le gouvernement libéral de Laurier. A Lethbridge et dans la région du Pas, l’investissement externe devient critique à cause de la rareté du capital indigène dans la région.1 Cette dépendance sur un financement venant de l’Est du Canada, des États-Unis et des sources européennes continue avec l’expansion de l’industrie dans les régions montagneuses au Nord de Nordegg et de Coal Branch, après la construction des transcontinentaux du Nord, peu avant la Première Guerre mondiale.

Les chemins de fer ont aussi été capitaux au développement de l’industrie du charbon des plaines, où une structure financière passablement différente a émergé. Alors que des investissements à grande échelle étaient attirés par les terrains houillers des montagnes, les districts carbonifères des plaines étaient dominés par de nombreuses petites entreprises, basées surtout en Alberta. La situation était fondée sur la nature elle-même des réserves de charbon, qui se trouvaient éparpillées dans le sud et le centre de l’Alberta et étaient facilement accessibles, même aux colons de ces régions qui allaient creuser eux-même pour extraire du charbon pour leur propre usage. Le marché pour le charbon domestique était répandu dans beaucoup de localités albertaines et pouvait facilement être rejoint par des petits entrepreneurs locaux qui se produisaient avec des fonds limités. La dichotomie entre les branches des montagnes et des plaines a persisté durant toute la période. En 1917, il y avait 223 entreprises dans le secteur de charbon domestique ayant une production de moins de 10,000 tonnes, et seulement une, l’entreprise Galt à Lethbridge, ayant plus de 200,000 tonnes en débit.

Par contraste, aucun producteur de charbon à chaudière dans les régions du pas du Nid-du-Corbeau, Banff – Canmore ou de Coal Branch produisait moins de 10,000 tonnes, et six produisaplus de 200,000 tonnes. En 1948, il y avait environ 175 mines en Alberta, mais trois quarts de la production venaient de moins de cinquante entreprises exploitant surtout dans les contreforts et à l’Est des Rocheuses, produisant surtout pour les chemins de fer. La Crow’s Nest Pass Coal Company exploitait toujours une grande entreprise sur le versant ouest du pas du Nid-du-Corbeau.2

Dans l’industrie en général, la répartition des propriétaires était passablement diversifiée, avec beaucoup de compagnies en exploitation. C’est une situation qui contrastait nettement avec l’industrie de charbon de la Nouvelle Écosse. Là, un processus de consolidation s’était amorcé durant les années 1880, menant finalement, après la Première Guerre mondiale, à l’émergence d’une seule corporation dominante, la British Empire Steel Corporation (Besco). L’industrie en Nouvelle Écosse avait eu à faire face à des coûts de production beaucoup plus élevés que dans l’Ouest, où les frais de l’extraction, surtout sur les Plaines, étaient relativement bas. Tandis que des prix élevés encourageaient une concentration dans les Maritimes, l’émergence de l’élaboration de l’acier là, a aussi donné à l’industrie de l’extraction de la houille la possibilité d’un grand marché, ce qui justifia l’expansion et la consolidation.3 Aucun marché comparable ne s’est développé dans l’Ouest après la construction des premiers chemins de fer. La population des Prairies était dispersée et n’appuyait pas le développement industriel régional qui aurait grandement augmenté les besoins de combustibles. A cause de cela, même les compagnies de charbon à chaudière devaient confronter des prospects limités durant la première décennie du vingtième siècle et des investisseurs de l’extérieur n’avaient aucune motivation à continuer d’investir dans l’industrie pour tâcher de la consolider.4

William N. T. Wylie, « Coal-Mining Landscapes: Commemorating Coal Mining in Alberta and Southeastern British Columbia », une étude sur la commémoration de l'industrie houllière en Alberta et dans le sud-est de la Colombie-Britannique préparée pour la Commission des sites et monuments historiques au Canada, l'Agence Parcs Canada, 2001.

Voir aussi: L'industrie houllière—Aperçu, La croissance rapide, Les terrains de charbon domestique et de chaudière, L'industrie en déclin (1914-1947), Effrondrement et renaissance, L'établissement de l'Ouest, Questions et défis—Aperçu, Entreprenariat, Technologie, Techniques souterraines, La technologie de surface, Extraction à ciel ouvert, Les effets sociaux, Unions, Implantation et gains syndicaux (1882-1913), Mouvement révolutionnaire (1914-1920), Complications et difficultés (1921-1950), Compagnies houillières, Les gens des mines de charbon, La classe moyenne, Les mineurs et le gouvernement local, Politiques et économie, Effets environnementaux, Santé et sécurité—Aperçu, Les relations entre l’État et les ouvriers, L'Etat et le développement après 1918.

[Suivant >>]

 

bottom spacer

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on coal mining in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved