Heritage Community Foundation Presents
Alberta Online Encyclopedia
  This Site
The Encyclopedia    
When Coal Was King
Industry, People and Challenges
Heritage Community Foundation, Year of the Coalminer, Albertasource and Cultural Capital of Canada logos

Home     |      About     |      Contact Us     |      Sponsors     |      Sitemap     |      Search

spacer
spacer
Aperçu historique
quicklinks
quicklinks

Page 1 | 2 | 3 | 4 | 5


[Click here for text in English]

[<< Précédent]

1914-1947 L’industrie en difficulté

La fin du boom économique de l’avant-guerre, en 1913, marque un revirement des fortunes de l’industrie minière, qui tombe dans une phase régressive sans le stimulus de l’immigration, de la colonisation et de la croissance de l’industrie. C’est dans le pas du Nid-du-Corbeau qu’on ressent les premiers effets et, sous l’impact, un certain nombre de mines se ferment avant 1914. Durant les dernières années de la guerre, la nécessité de fournir le combustible pour les trains pour acheminer le matériel de guerre et les troupes, ainsi que pour approvisionner les fonderies qui produisent le métal nécessaire aux armements apporte un certain répit. Mais, au début des années vingt, la production chute dans les mines des secteurs des plaines, ainsi que celles des montagnes. En 1925, si plus de 1000 mines avait été ouvertes en Alberta, 400 d’entre-elles étaient fermées pour de bon.1

Le problème avait rapport à la nature de l’économie régionale et aux changements technologiques. L’économie, basée sur l’agriculture, ne pouvait soutenir qu’une croissance en demande limitée. Même si la population des Prairies augmente lentement durant les trois décennies depuis la Première Guerre mondiale, ce n’est pas suffisant pour stimuler une industrialisation à grande échelle, essentielle pour l’augmentation de la consommation du charbon. Confrontant des difficultés économiques après la guerre, les compagnies de chemin de fer, de loin les clients les plus importants, mettent en place une série de coupures. Le procédé commence avec la fusion du Canadian Northern et du Grand Trunk Pacific en les Chemins de fer nationaux du Canada (CNR) en 1919, et se poursuit durant les années vingt avec le refus de CPR et du CNR d’entretenir le même niveau d’achat de charbon qu’auparavant. Entre temps, l’énergie hydroélectrique et le pétrole commencent à faire des percées importantes dans le marché de carburant. L’industrie dans la région de Kootenay se met à utiliser l’énergie hydroélectrique au lieu du charbon vers 1918. En Alberta, en conséquence du développement de l’industrie pétrolière à Turner Valley et ailleurs, les centrales de génération thermique d'énergieélectrique se mettent à utiliser du gaz naturel au lieu du charbon.2

Ayant atteint les limites de leurs marchés traditionnels, les producteurs de charbon ouvrent leurs horizons. Le marché canadien au plus grand potentiel était l’Ontario, le centre industriel du pays, où le charbon de la Pennsylvanie régnait toujours. Les producteurs canadiens de charbon de l’Alberta et de la Nouvelle Écosse se trouvaient également désavantagés par les grandes distances et la préférence traditionnelle des clients et, en conséquence, durant les années vingt, des pressions sont faites pour obtenir une politique d’auto-suffisance canadienne en charbon. La campagne dans l’Ouest du Canada et, surtout en Alberta, intègre la plus grande demande pour de l’égalité de la part d’Ottawa, que l’on percevait comme favorisant généralement l’Ontario aux dépends de l’Ouest. Les industriels de l’Est, disait-on, bénéficiaient de tarifs protectionnistes qui augmentaient les frais de transport dans l’Ouest du pays. Ce ne serait que juste si le charbon de l’Ouest, qui ne recevait que de minces tarifs durant les années vingt, en recevait de plus avantageux pour rejoindre les marchés de l’Est, même si la conséquence était l’augmentation des prix pour les consommateurs de l’Ontario.3

L’agitation en Alberta était concentrée surtout sur la reforme du tarif de fret afin de réduire les frais de transport vers l’Est du Canada. Vers les années 1920, le gouvernement fédéral adopte une politique de subvention de tarifs de fret, ou des subsides, sur le charbon. Des petites augmentations sont aussi faites au tarif sur le charbon américain après 1930. Ces mesures ne sont pas suffisantes pour surmonter les frais encore plus élevés du transport de l’Ouest. Quoique des subsides de transport étaient encore en place en 1960, le gouvernement fédéral n’a jamais voulu agir de façon décisive sur le sujet à cause de l’influence politique de l’électorat du centre du Canada qui exigeait un carburant à bon marché.4

Malgré ces difficultés, une croissance modeste de production se fait entre 1914 et 1947, saccadée par de nombreuses fluctuations. Après le point bas vers le début des années vingt, la production atteint une hausse vers 1928. L’industrie est durement frappée durant la Crise économique qui commence en 1929. Pour les producteurs des plaines, la situation s’empire durant la prochaine décennie, à cause de la compétition et des baisses de prix des nombreuses compagnies dans le domaine. Dans l’industrie du charbon à vapeur, la production atteint un point bas en 1931, suivie d’une remontée lente au cours de la décennie. Durant la Deuxième Guerre mondiale, la production augmente pour combler le besoin croissant et le gouvernement fédéral remplit difficilement ses besoins de charbon, interdisant même les grèves et limitant le droit des mineurs de prendre un autre emploi.5 Avec la fin de la guerre, par contre, les temps changent et l’industrie doit envisager un avenir incertain.
 

William N. T. Wylie, « Coal-Mining Landscapes: Commemorating Coal Mining in Alberta and Southeastern British Columbia », une étude sur la commémoration de l'industrie houllière en Alberta et dans le sud-est de la Colombie-Britannique préparée pour la Commission des sites et monuments historiques au Canada, l'Agence Parcs Canada, 2001

Voir aussi: L'industrie houllière—Aperçu, La croissance rapide, Les terrains de charbon domestique et de chaudière, L'industrie en déclin (1914-1947), Effrondrement et renaissance, L'établissement de l'Ouest, Questions et défis—Aperçu, Entreprenariat, Technologie, Techniques souterraines, La technologie de surface, Extraction à ciel ouvert, Les effets sociaux, Unions, Implantation et gains syndicaux (1882-1913), Mouvement révolutionnaire (1914-1920), Complications et difficultés (1921-1950), Compagnies houillières, Les gens des mines de charbon, La classe moyenne, Les mineurs et le gouvernement local, Politiques et économie, Effets environnementaux, Santé et sécurité—Aperçu, Les relations entre l’État et les ouvriers, L'Etat et le développement après 1918.

[Suivant >>]

 

bottom spacer

Albertasource.ca | Contact Us | Partnerships
            For more on coal mining in Western Canada, visit Peel’s Prairie Provinces.
Copyright © Heritage Communty Foundation All Rights Reserved